Le fait maison

Le FAIT MAISON est aujourd’hui un affichage fortement souhaité à la fois par les consommateurs et par les professionnels.

C’est devenu un élément marketing très fort.
Le flou qui entourait la définition de cet affichage a justifié la volonté des pouvoirs publics de clarifier cette situation et de faire entrer dans la loi une définition  juridique officielle du ‘’Fait Maison’’ :
Le fait maison est un plat fabriqué dans l’entreprise à partir de produits bruts.

Comme prévu, le décret relatif à la mise en application du ‘’Fait Maison’’ est paru au journal officiel. (voir le décret sur le site legifrance)
– Retrouvez  l’ensemble du dispositif  sur le site officiel  du ministère

L’APPLICATION DU DECRET CONCERNANT LE FAIT MAISON EST UNE MENTION COMPLEMENTAIRE AU TITRE DE « MAÎTRE RESTAURATEUR »
Depuis le mardi 15 juillet 2014, le décret de la loi sur la consommation du 17 mars 2014 (dite Loi Hamon) est appliqué. La mention « fait maison » pour les plats élaborés sur place à partir de produits bruts est entrée en rigueur. Cette démarche d’information transparente répond à une attente et une réelle préoccupation des français : savoir ce qu’ils mangent et comment leur plat a été préparé. En consacrant l’un de ses articles au titre Maître Restaurateur, la loi souligne la légitimité de l’Association Française des Maîtres Restaurateurs à être reconnue comme l’ambassadrice d’une cuisine « faite maison ».

L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES MAÎTRES RESTAURATEURS
L’AMBASSADRICE OFFICIELLE D’UNE CUISINE ENTIEREMENT FAITE MAISON
Le Maître Restaurateur s’engage à une carte entièrement  « faite maison »
Ainsi les professionnels de la restauration titulaires peuvent se démarquer de ceux qui ne cuisinent pas et le faire valoir de manière claire et lisible. Pour les consommateurs, le titre est un critère de sélection dans la recherche d’un restaurant de qualité, et l’assurance d’avoir affaire à un restaurateur confirmé : un véritable contrat de confiance. Maison étoilée ou bistrot de campagne, chacun peut obtenir cette reconnaissance officielle dans la mesure ou il s’engage à respecter la charte de qualité et de savoir-faire nécessaire à l’obtention du titre.

EN BREF

Le logo

Il ne peut être affiché avec la mention désignant le fait maison que par les restaurateurs qui proposent des plats faits maison en partie ou sur la totalité de la carte.
C’est le restaurateur qui choisit l’emplacement du logo. Il doit être placé de manière à être visible pour la clientèle.
Cela peut être sur les menus, les cartes, les ardoise, la vitrine, la porte d’entrée et le site internet.

Le plat « fait maison »

Il doit être élaboré à partir de produits crus, transformés dans le restaurant, non cuits ou non dénaturés par quelque procédé que ce soit.
Cela exclut les aliments surgelés ou précuits industriels.

Contrôles

Tout contrevenant est passible de: jusqu’à 300 000€ d’amende (ou 2 ans de prison) et jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires s’il s’agit d’une personne morale.

Quels produits ?

Les produits crus sont de produits qui n’ont subi aucune modification importante, y compris le chauffage, le marinage, l’assemblage ou une combinaison de ces procédés. Les fruits et légumes doivent avoir été achetés frais non épluchés.
Les produits que le consommateur ne s’attend pas à voir préparés en cuisine sont également autorisés (charcuteries), fromages, crème fraîche, fonds de sauce, pain, pâtes et céréales, fruits confits, biscuits secs, chocolat…). La pâte feuilletée, les pâtés, les terrines doivent être faits sur place.